Afin de ne pas faire de jaloux je vais faire les présentations dans l’ordre d’arrivée ! Il y a d’abord l’agence Planet Tours (www.planet-tours.fr) et le célèbre Momo, connu de beaucoup de marathoniens voyageurs. J’ai fait la connaissance de cette agence pour le marathon de New York. Comme beaucoup le savent, j’étais l’heureuse gagnante d’un concours organisé par Intersport et le prix était un package complet de cette agence. C’était la première fois que je voyageais ainsi et je dois avouer que c’était ma foi très agréable de ne pas réfléchir, de se laisser porter avec le bus qui vous attend à l’arrivée, le matin du marathon, l’hôtel bien situé… Donc très logiquement quand il a fallu se lancer dans l’organisation de mon tour je me suis tournée vers eux et ils ont répondu présents. Ils s’occupent donc de Marrakech et de Tokyo. Ils ont failli s’occuper de Tahiti mais vous comprendrez plus tard pourquoi cela a changé.

Pour l’équipementier il me fallait trouver quelqu’un qui me suive alors que je ne suis pas une championne (loin s’en faut !!!) sachant qu’aujourd’hui la politique des grandes marques peut se résumer à : moins de 2h30 au marathon tu n’existes pas ! Et puis Eric et Brinouille m’ont parlé de Brooks (http://www.brooksrunning.fr/accueil.html), marque qu’il faut avouer je connaissais très peu. En allant voir leur site j’ai compris que j’avais là un partenaire idéal pour moi. Ils ont 2 chevaux de bataille : l’écologie et le cancer du sein. Avouez quand même qu’on pouvait difficilement trouver mieux ! Pour l’écologie ils ont décidé de concentrer leurs recherches sur des chaussures propres. En clair ça veut dire quoi ? Leurs semelles au lieu de mettre environ 1000 ans à se dégrader (vu la consommation que j’en fait, imaginez l’impact !) mettent environ 20 à 22 ans. Je sais que c’est symbolique pour beaucoup mais pour moi qui vais aller courir l’Antarctique c’était important. Inutile bien sur de vous préciser que les cartons sont biodégradables et tout et tout. En ce qui concerne le cancer du sein, une très jolie collection sortira au printemps et soutiendra l’action de l’association Susan G. Komen for the Cure, première association mondiale dans la collecte de fonds destinés aux programmes d’information et au diagnostic précoce. J’ai donc contacté Christophe Vatinel, le responsable de la marque en France et après une rencontre à Paris il a tout de suite dit : « ok on te suit ! ». J’ai donc reçu une dotation en matériel tellement importante que Ken va devoir agrandir le dressing et une aide financière bienvenue en ces temps difficiles. (je vais mettre une photo pour illustrer tout ça !).

Autre soutien et pas des moindres puisqu’il finance le marathon de Tokyo : SFR (www.sfr.fr). Frédérique Liaigre, Directrice de la communication et François Vasseur, responsable de l’Evènementiel (et surtout marathonien, oui je sais ça aide !), ont accepté de me sponsoriser et de m’apporter une aide logistique. Je ne sais pas si c’est du à mes dépassements réguliers de forfait chez eux mais je les remercie sincèrement ici. En une heure d’entretien, j’avais une réponse positive et une telle réactivité dans une société aussi importante que la leur est vraiment à saluer.

Dans la même journée (ou plutôt en pleine nuit en raison du décalage horaire), j’ai contacté l’organisateur du marathon de Tahiti. Gros budget s’il en est, je cherchais des informations sur des sociétés françaises susceptibles de me sponsoriser. Après avoir présenté mon projet j’ai eu une réponse à laquelle je ne m’attendais pas du tout : j’étais invitée en tant que coureuse « VIP » si on peut dire. Je serai reçue chez Patrick Candé un coureur que je connais déjà par mail interposé puisqu’il va courir l’Antarctique à son tour en 2010. Philippe Paillaud nous avait mis en rapport et nous avions déjà papoté sur le net. Il court bien sur le marathon et sera donc mon guide sur son île. La solidarité entre marathoniens n’est pas une simple vue de l’esprit ! Comme en plus Patrick a eu la bonne idée d’aller trainer ses runnings dans tous les grands ultras de ce monde je risque juste de revenir avec pleins d’idées dans la tête comme si je n’en avais pas assez…

Autre sponsor : Weleda (http://www.weleda-sport.fr/). Là aussi c’est parce que je suis utilisatrice convaincue de leurs produits que je les ai contactés. Quand j’ai commencé à courir j’ai vite compris que leur huile à l’arnica était incontournable. Depuis j’utilise également régulièrement leur cure de bouleau. J’ai donc reçu de leur part une dotation produits des plus généreuse avec huile de massage bien sur mais aussi bains relaxants et gels douche parfumés des plus agréables il faut bien le dire après un marathon. Pour tout dire toute la famille en Floride a senti le gel douche à la rose !

Après réflexion, alors que d’habitude j’ai plutôt tendance à m’adapter à ce que je trouve sur place j’ai décidé sur ce coup là de jouer la prudence et d’emmener mes produits énergétiques. Depuis le marathon de NY où j’ai découvert l’usage des gels et leur efficacité, je cherchais quelque chose qui me convienne à savoir des produits pas trop chimiques et surtout bons au goût. Grâce à Vincent Rousseau un de nos grands coureurs français j’ai découvert windose et leurs produits naturels. Ils ont accepté pour mon plus grand bonheur de me fournir une dotation pour mon tour du monde. Le gros souci : ne pas avaler les gels par pure gourmandise ! (http://www.windose.fr/boutique/)

Pour vous ramener des souvenirs et vous faire partager tout ça il fallait des photos et qui dit photos dit appareils. Là aussi j’ai eu de la chance puisque Casio a accepté de me prêter 2 appareils de leur collection : un compact rose pratique pour l’emmener avec moi pendant les courses (http://www.casio-europe.com/fr/exilim/exilimzoom/exz850/) et un appareil plus imposant mais extraordinaire pour les photos d’ambiance et surtout de coureurs en action puisqu’il peut prendre 40 photos de suite à l’impulsion (http://www.casio-europe.com/fr/exilim/exilimhighspeed/exfh20/). Il a également une fonction vidéo qui permet de faire des petits films de 10 min.

Vous l’aurez compris en lisant ce texte, le compte n’y est pas… Et pourtant je vais mener ce projet jusqu’au bout grâce à mon principal sponsor, financier, matériel et moral, celui qui me suit depuis des années dans mes folies et j’espère pour des années encore, je veux bien sur parler de Ken alias Guillaume. Sans son soutien indéfectible depuis le début, depuis que la lueur est apparue dans mes yeux en refermant le livre de Philippe Paillaud, à aucun moment il n’a failli. Il croit beaucoup plus en moi que je n’y crois moi-même et c’est une chance inouïe pour moi de l’avoir à mes côtés depuis toutes ces années. Sans lui je ne serai jamais devenue celle que je suis aujourd’hui et je souhaite à toutes les femmes d’avoir la même chance que j’ai eue.